bcg

Asthenie sexuelle, impuissance

Le Pouls Nogier nous a enfin rendu perceptible ce dont tout le monde parle, en tous cas depuis un siècle et demi, surtout parce que nous en ressentons les effets multiples, l’énergie. Or, qu’est-ce que l’énergie ?

Le Dr Brinette en a donné, à mon sens, une des meilleures définitions simple (jusqu’à nouvel avis) :

l’énergie est une information en mouvement et elle n’est que cela.

Les physiciens quantiques confirment cette information en allant même beaucoup loin, en formulant des idées à peine acceptables de nos jours. La théorie quantique a été énoncée par Max Planck (1858 -1947) en 1900 !! Et nous retrouvons là-dedans la notion d’énergie mais cette fois nous changeons de point de vue. De chercheur nous devenons consommateur, consommateur d’énergie car l’activité sexuelle consomme énormément d’énergie.

Nous savons déjà que 60 % de notre énergie est utilisée pour les fonctions basiques de notre corps, restent, pour un corps normal, 60 %. C’est dire toute l’importance que revêt le bon fonctionnement de nos trois centres de production d’énergie, à savoir la respiration, le système digestif et le système cutané. C’est indispensable pour obtenir un fonctionnement physique sexuel normal. Se pose maintenant le problème des excitants sexuels.

Si vous comparez votre sexualité à un cheval, vous pouvez l’inciter à aller plus vite en le fouettant mais cela ne lui donnera pas plus d’énergie, il la consommera plus rapidement. Mais j’ai découvert dans un livre ancien, une recette aphrodisiaque du XVIIIe s. à base de plantes, je vous la communique, sans garantie, bien qu’elle semble avoir eu du succès dans deux cas.


page2>