bcg

Energie et thérapie

Les recherches énergétiques, menées grâce au Pouls Nogier, nous ont apporté deux valeurs assez surprenantes : la valeur de l’énergie cinétique ou énergie active, celle dont le corps a besoin pour faire fonctionner tous ses systèmes est  de 60 %.la valeur de l’énergie virtuelle qui peut atteindre 120 %, car l'énergie est si fugace qu'elle ne se laisse pas enfermer dans une quelconque échelle (c'est un ordre de grandeur). D'autre part la somme totale de l'énergie dépend de l'efficacité des trois centres producteurs,  la respiration, la digestion et l'absorbtion cutanée de l'énergie solaire (env. 40 % chacune voir ci-dessous).La différence entre les deux valeurs  représente l’énergie disponible pour faire des mutations psychologiques ou des guérisons. L’on peut tirer de ces faits quelques conclusions intéressantes.si une personne présente une énergie cinétique basse (entre 60 et 70 % il faut hésiter à lui faire un traitement énergétique (transfert d’énergie tels que l’acupuncture, la kinésiologie, le reiki, l’étiomédecine). Ces traitements qui requièrent un déplacement d'énergie, ne feraient qu’augmenter les malaises. Il faut alors préconiser des traitements qui ajoutent des éléments énergétiques,  tels que les sels de Schüssler, le chlorure de magnésium, les médicaments spagyriques, les vitamines et autres oligo-éléments.

  1. des transferts d’énergie peuvent survenir entre examinateur et examiné, comme du reste lors d’un massage.
  2. Survient alors le problème des réserves d’énergie.


                              Les centres producteurs d’énergie du corps.

  1.  le système respiratoire ( il y a 7 types de respirations: la respiration claviculaire, thoracique, diaphragmatique, ventrale, totale, négative ou apnéique  et  rythmée sur la marche.
  2.  le système digestif surtout fonctionnement du foie du système endocrinien.
  3.  le système cutané ( Absorbtion de l'énergie solaire par l'épiderme et le derme). Il faut que les trois systèmes fonctionnent au minimum à 40 % sinon il y a un réapprovisionnement énergétique insuffisant qui peut déboucher sur un grand état de fatigue.