bcg

Le Pouls Nogier ou VAS

Le Dr Paul Nogier (1908-1996) médecin lyonnais, découvrit, en 1951, l’auriculothérapie (une technique basée sur l’image-miroir du corps dans les oreilles). Comme il était un chercheur infatigable, il développa, avec l’aide de son fils Raphaël, également médecin, toute une panoplie d’appareils en relation avec sa découverte, qui connaît, du reste un succès mondial, de la Chine aux Etats-Unis. En 1967, alors qu’il travaillait déjà depuis plus de 15 ans sur l’auriculothérapie, il fit une nouvelle découverte qu’il nomma successivement Réaction Auriculo Cardiaque (RAC), mais s’étant rendu compte que cette réaction n’avait aucun rapport avec l’oreille ni avec le cœur, il en modifia le nom en une dénomination anglo-saxonne, Vascular Autonomic Signal ou VAS. Mais ce signal présentait tant de singularités et était si difficile à percevoir et à interpréter ( les Chinois ou les Indous ne l’avaient jamais découvert) que son emploi resta plus que discret. Le Dr P. Nogier se voua avec ardeur aux recherches le concernant, du reste avec l’aide d’autres médecins et il fit des découvertes importantes, l’utilisation des filtres par exemple, mais il restait tant d’éléments inexplicables que l’on ne savait pas trop comment utiliser ce signal.

C'est après 2004, que travaillant seul sur le VAS ou Pouls Nogier que je me suis aperçu qu'il  fonctionnait dans d'autres domaines que l'étiomédecine ou tous les autres domaines dérivés. A condition de changer le mode  d'interrogation et de définir précisément la nouvelle règle il donne des informations dans tous les domaines fermés à l'investigation mécaniste (base de la science actuelle). C'est -à-dire qu'il ouvre des possibilités énormes. En résumé, je perçois le VAS comme étant le pilote automatique intelligent de notre vie, présent derrière toutes nos pensées et actions, s'exprimant de mille façons par l'intuition, l'intelligence, par la prémonition. Mais nous devons apprendre son langage et surtout la manière de l'interrogeret apprendre à interpréter les résultats. Mais pour cela nous devons renoncer momentanément à l'approche mécaniste cartésienne et cela, étant donné notre passé scientifique traditionnel, est presque impossible. 


En 1982, le Dr J.-L. Brinette, également un chercheur acharné, remettant beaucoup de choses en question, suit un séminaire, sur l’Initiation à l’Auriculothérapie puis en 1985 sur  l’Auriculomédecine. Il parvient peu à peu à la notion d’énergie. Il garde la prise du pouls(RAC), dont il reconnaît la dfficulté extrême à le maîtriser et les filtres et élabore l’Etiomédecine. C’est la technique que je pratique depuis 15 ans après l’avoir apprise chez le Dr Brinette.

       Voir document pdf