bcg

Les sels biochimiques du Dr Schuessler

Wilhelm Heinrich Schüssler naquit à Zwischenhahn, dans le Duché d’Oldenbourg le 21 août 1821. Il soutient sa thèse de médecine le 14 août 1857. Pour mémoire, je rappelle que Dr S. Hahnemann, découvreur de l’homéopathie, était né en 1755 et mourut à Paris en 1843. Très tôt le Dr Schüssler s’intéressa aux publications de Justus von Liebig et de Jacob Moleschott où il était question des sels minéraux que l’on avait découvert dans les cendres du corps humain.

Le Dr Schüssler eut l’intuition géniale d’incorporer ces sels minéraux dans sa pratique médicale homéopathique: puisque l’on retrouvait ces sels dans les cendres c’est donc qu’ils étaient essentiels à la chimie de la vie, c’est alors qu’il créa le terme de >biochimique<. Comme ces sels étaient représentés en quantités infimes, il eut l’idée de recourir à la trituration homéopathique et après plusieurs essais il s’arrêta à la sixième décimale (D 6) qui est encore actuellement utilisée.

L’utilisation de ces sels s’est gentiment développée, mais rien de bien fracassant. Car, en définitive, l’utilisation en est fastidieuse, compter les comprimés, les dissoudre dans de l’eau, boire la solution par gorgée. A l’heure actuelle, l’on trouve, en Suisse 11 sels minéraux plus 1 élément, le silicium, enfin 13 sels complémentaires obtenables seulement en Suisse. Ces 25 produits font l’objet de deux numérotations différentes. En Suisse et en France, les 12 premiers sont numérotés en chiffres romains.

En Allemagne les 25 sels sont numérotés en chiffres arabes. Nous mettons les chiffres arabes entre parenthèse. Mais, pour éviter toute confusion il est préférable de donner le nom latin.

page2>